RECHERCHE ET INNOVATION

Recherche et innovation, accélérateurs vers la neutralité carbone

Par ENGIE - 27 octobre 2020 - 19:19

Tribune de Michael E. Webber , Responsable des Sciences et de la Technologie chez ENGIE. 

 

Michael WebberSelon la définition classique du début de l'ère industrielle, l'énergie est la capacité de faire du travail.  Mais dans le contexte moderne, cela semble très limité par rapport à ce que l'énergie offre réellement à la société.

 

Dans une perspective plus large et actualisée, l'énergie est la capacité de faire des choses intéressantes et utiles. L'énergie apporte tranquillement de l'éclairage, de l'information, de la chaleur, de l'eau propre, de la nourriture abondante, du mouvement, du confort et bien plus encore dans nos maisons et nos usines, d'une simple pression sur un interrupteur ou sur un bouton. C'est la possibilité de récolter une récolte, de la réfrigérer et de voler autour du monde. Le corollaire est donc qu'un manque d'énergie est l'incapacité de faire du travail. 

 

L'accès à l'énergie permet à notre civilisation de se développer. Une absence d'énergie l'inhibe. 

 

L'énergie est également conservée : c'est par nature une ressource finie. Nous ne pouvons pas en faire plus, nous ne pouvons que la déplacer ou la transformer. Au cœur de notre relation avec l'énergie, il s'agit d'exploiter les avantages et de contenir les impacts environnementaux de ces transformations. Faire profiter tout le monde des avantages de l'énergie sans chauffer l'atmosphère, acidifier les océans ou dénuder les terres exigera une nouvelle réflexion et de nouvelles solutions.

 

Dans le monde moderne, chacun utilise l'énergie avec un mélange d'exaltation et de culpabilité : c'est le dilemme de l'amateur d'énergie. Comment pouvons-nous tirer tous les avantages de la consommation d'énergie sans les inconvénients de la pollution, de la volatilité des prix et des risques pour la sécurité nationale ? 

 

La réponse est de reconnaître que chaque carburant et chaque technologie a ses avantages et ses inconvénients. La consommation d'énergie dans le monde est un système complexe qui comporte de nombreux éléments. Le secteur de l'énergie est étroitement lié à la société de nombreuses façons, évidentes ou non.

 

S'il est une leçon que nous devons garder à l'esprit pour nos défis énergétiques, c'est qu'il n'existe pas de solutions universelles et immédiates. Nous avons besoin d'un ensemble de solutions, car aucune option ne peut nous mener à un avenir sans carbone sans un inconvénient majeur : un coût aussi élevé, une échelle insuffisante ou une fiabilité médiocre. 

 

Cela signifie que nous avons besoin de penseurs innovants pour développer davantage d'options, réduire le coût des options existantes et optimiser la manière dont elles s'articulent entre elles. L'écosystème de recherche mondial composé d'installations industrielles, de laboratoires nationaux et d'universités de nombreux pays doit s'intensifier grâce à un soutien interne et gouvernemental de haut niveau afin d'accélérer le rythme de notre innovation. Et parce que le défi est complexe et trop important pour qu'une entreprise ou un gouvernement puisse le relever, nous devons collaborer par-delà les secteurs, les disciplines universitaires et les frontières.

 

La solution à cette énigme ne consiste pas à se débarrasser des vieux clichés qui opposent les combustibles fossiles aux énergies renouvelables, l'électricité au gaz ou d'autres batailles épuisantes. Nous avons besoin d'une vision plus précise. La même façon de penser qui nous a mis face à ces problèmes - forer plus, paver plus, consommer plus - ne nous en sortira pas. Un enthousiasme technologique fatigué qui se contente de dire que nous pouvons utiliser des gadgets plus intelligents ne suffira pas non plus. Et réduire notre consommation à des niveaux de pauvreté énergétique ne sera pas très satisfaisant ni humain. 

 

Le moyen le plus rapide, le moins cher et le plus fiable d'atteindre l'objectif de zéro carbone est un mélange d'électricité à faible teneur en carbone et de gaz à faible teneur en carbone. 

 

Nous avons besoin de formes d'énergie plus propres et nous devons assainir les formes d'énergie conventionnelles avec le captage et l'épuration du carbone afin de pouvoir maintenir et élargir l'accès à l'énergie sans brûler la planète. 

 

Les domaines qui nécessitent une attention rapide sont la production d'électricité à faible teneur en carbone (comme l'énergie éolienne, solaire et géothermique), les gaz à faible teneur en carbone (comme le biométhane, le méthane synthétique, l'hydrogène et les vecteurs d'hydrogène comme l'ammoniac, l'acide formique et le méthanol), les technologies qui inversent l'accumulation de CO2 dans l'atmosphère (par le biais du piégeage du carbone, le captage direct de l'air et la séquestration du carbone dans le sol), les outils transversaux (tels que les drones, les robots, les capteurs et l'intelligence artificielle) et les utilisations intelligentes et efficaces de l'énergie (notamment le stockage de l'énergie, les appareils intelligents et l'éducation des utilisateurs pour modifier nos comportements et nos habitudes).

 

Le programme de recherche d'ENGIE est organisé autour de ces thèmes, et notre analyse comparative avec les plus grands laboratoires nationaux et les plus grandes entreprises d'énergie et de technologie du monde indique que nous ne sommes pas seuls à envisager l'avenir. En effet, la plupart d'entre nous s'attaquent à des problèmes similaires. Il nous suffit d'agir collectivement et plus rapidement.

 

Adopter un ensemble d'options plus propres tout en améliorant l'accès à l'énergie et en laissant de côté notre passé plus sale est notre chemin critique vers l'avenir. Le changement est une bonne chose, nous devons donc nous y atteler. Mais le changement est lent, alors nous ferions mieux de nous y mettre. C'est là que nous avons besoin de la recherche : pour accélérer la transition. Il faut généralement des décennies, voire des siècles, pour passer d'un combustible ou d'une technologie dominante à un autre. Aux États-Unis, le charbon est devenu la source d'énergie la plus populaire en 1885 et n'a été dépassé par le pétrole que 65 ans plus tard, en 1950. 

 

Le pétrole est toujours en tête aujourd'hui, mais pourrait être dépassé par le gaz naturel dans la prochaine décennie, ce qui signifie qu'il aura régné pendant 80 ans.  Bien que le gaz naturel présente des avantages importants en termes d'environnement et de performance, nous n'avons pas 80 ans pour le remplacer par des options plus propres, comme l'électricité sans carbone ou d'autres gaz à faible empreinte carbone. La course est donc lancée et notre tâche, dans le monde de la recherche, est d'augmenter l'échelle et de diminuer le coût de ces alternatives afin qu'elles puissent être adoptées à grande échelle plus rapidement. 

 

Notre mission est claire. Il nous suffit maintenant d'accélérer le rythme. Le monde compte sur nous.